[ PHOTOGRAMME ]
 

 

LE TIRAGE A LA GOMME BICHROMATEE

Ce procédé de fabrication de papier photographique à de quoi en laisser plus d'un perplexe...on mélange une résine à un pigment, on étale cette pâte visqueuse et sale sur du papier et, ô miracle, cela fait une photo!

Le tirage à la gomme, est, dans la théorie, d'une effroyable simplicité. Mais obtenir un bon résultat est un travail de longue haleine. En effet, cette technique dépend de facteurs sur lesquels on a peu de prise : qualité de l'eau, température et humidité de la pièce dans laquelle on travaille, etc.

Le meilleur conseil à donner pour la gomme se résume en un mot : patience. Il n'est pas rare de devoir travailler plusieurs jours sur un seul tirage. C'est long, peut-être, mais le résultat que vous obtiendrez méritera certainement tout ce travail.

Un peu de théorie
La gomme arabique, au même titre d'ailleurs que la gélatine et l'albumine, fait partie de la famille des colloïdes. Les colloïdes ont la particularité de s'insolubiliser lorsqu'ils sont mis en contact avec un chromate et une certaine quantité de rayons ultraviolets.
Si on expose à une source d'ultraviolets du bichromate de potassium, celui-ci libèrera une quantité de chromate proportionnelle à la quantité d'U.V qu'il a reçu. Ces chromates insolubiliseront la gomme arabique.
D'un point de vue photographique, si on joint à la gomme arabique du pigment et du bichromate, on obtiendra une émulsion photographique. Lors du développemnt à l'eau, les endroits qui auront été exposés par les U.V seront insolubles et garderont leur pigment, tandis que les endroits non exposés libèreront la gomme dans l'eau ainsi que le pigment. On obtient alors, ô miracle, une photographie!

Le matériel nécessaire
  • Un fin tamis en plastique (le mieux est probablement un filtre à café en matière synthétique)
  • Un pinceau large ou un petit rouleau pour la peinture
  • Des petits récipients en verre ou en plastique (pots de yogourts)
  • Une tige pour mélanger l'émulsion
  • Du papier très bien encollé
  • Une plaque en verre
  • Une source d'ultraviolets
Les produits chimiques nécessaires
  • De la gomme arabique
  • Du bichromate de potassium ou d'ammonium (plus sensible mais plus cher)
  • Du métabisulfite de sodium
  • Du pigment en poudre et soluble à l'eau (le mieux est l'oxyde de fer noir)
  • De la gélatine pour encoller le papier
La préparation de l'émulsion
  • Faites tremper dans un récipient 100 grs de gomme dans 100 ml d'eau distillée. La dissolution complète de la gomme prendra au moins une nuit. Si vous agitez constamment le mélange à l'aide d'une spatule, il faudra compter une bonne heure. Vous obtiendrez une pâte épaisse et mousseuse, pleine de débris divers.
  • Mélangez dans un autre récipient qui se ferme hermétiquement 15 grammes de bichromate de potassium à 100 ml d'eau distillée. Il restera un peu de bichromate au fond du pot, car la solution est à excès. Vous pouvez préparer une grande quantité de bichromate car la solution est inaltérable. Par contre, il faut utiliser la gomme dans les 12 heures car elle pourrit rapidement.
Quelques images qui valent tous les discours...

Utilisez du papier très bien encollé et margé Emulsion couchée au rouleau puis séchée dans la pénombre Emulsion exposée sous U.V : l'image apparait légèrement Photo développée à l'eau. L'image apparait faiblement, il faut la réexposer
Une nouvelle couche est appliquée et on réexpose sous U.V Nouveau développement : l'image est plus contrastée. On passe dans un bain pour enlever la couleur jaune En séchant, le contraste augmente encore.

Modus operandi
  • Prélevez 25 ml de l'émulsion gomme/eau et 25 ml de bichromate de potassium. Ajoutez 2 grs de pigment.(cela dépend en fait de la vigueur du pigment, s'il s'agit d'un pigment plus doux, il faudra augmenter la dose). Mettez le tout dans un petit pot en verre et mélangez avec soin, en écrasant bien le pigment. Filtrez ensuite avec un fin tamis en plastique.
  • Etendez le mélange sur la feuille bien encollée à l'aide d'un rouleau ou d'un pinceau large. Il est important de travailler vite car la gomme sèche rapidement. Si elle sèche trop rapidement, diluez votre mélange avec un peu de solution de bichromate.
  • Il faut coucher très peu d'émulsion! Le but de l'opération n'est pas d'obtenir une feuille toute noire! Il est au contraire de répartir le plus uniformément possible une couche ultrafine. Il faut que vous voyiez encore la trame du papier en dessous de l'émulsion. La plupart des échecs sont dûs au fait d'un couchage trop important ou de l'utilisation d'une trop grande quantité de pigment.
  • Laissez sècher la feuille dans un endroit bien aéré et dans la pénombre. N'utilisez jamais de sèche-cheveu (sauf si vous pouvez en débrancher la source de chaleur) car la chaleur insolubilise l'émulsion.
Comment peser sans balance?
  • En fait ce n'est pas très important d'utiliser une balance. Ce qu'il faut, c'est utiliser toujours les mêmes récipients et les mêmes proportions. Remplissez par exemple un petit pot de yogourt à ras bord, de gomme et puis d'eau. Puis dans un pot coupé à la moitié remplissez à ras bord de mélange de gomme/eau et de bichromate en solution. Pour le pigment, prenez une petite cuillère à sucre, c'est suffisant.
  • Sinon, sachez qu'une cuillère à soupe peut contenir approximativement 10 ml d'eau, 10 grs de gomme et 12 grs de gélatine.
L'exposition
  • Exposez sous le banc solaire ou une lampe U.V. Veillez à ce que le banc solaire soit installé à au moins 20 cm de la feuille. Si ce n'est pas le cas, la chaleur dégagée par les lampes U.V insolubilisera l'émulsion (ce qui est gênant...)
  • Lorsque la feuille est suffisamment exposée, vous verrez apparaitre légèrement l'image.
Le Développement
  • Remplissez un bac d'eau jusqu'à ras-bord. Laissez tremper la feuille, émulsion vers le bas. Agitez le bac pour chasser les bulles d'air et laissez tremper la feuille au moins 1/2 heure.
  • Au bout d'une 1/2 heure, retournez la feuille, agitez le bac pour faire partir le pigment et la gomme non exposée, passez si besoin avec un pommeau de douche ou avec un vaporisateur sur la couche pour dégager la photo.
  • Si certains détails n'apparaissent pas, vous pouvez encore utiliser un fin pinceau de retouche pour dégager l'image.
  • A ne jamais faire : frotter avec la main pour dégager l'image.
Les expositions successives
  • Il arrive bien souvent (en fait dans 99% des cas...) qu'une seule exposition ne soit pas suffisante pour obtenir toutes les nuances de votre négatif. Si l'image apparait trop faiblement, ou qu'elle manque cruellement de contraste, il faut alors réexposer votre photographie.
  • Appliquez à nouveau l'émulsion sur le papier quand celui-ci est bien sec. Exposez ensuite, en veillant à ce que le négatif soit exactement à la même place par rapport à la première exposition (il faut donc prendre des repères au départ).
  • Si vous constatez que les images sont malgré tout décalées, peut-être est-ce dû au fait que le papier s'est détendu. Pour y remédier, trempez le papier avant les expositions dans de l'eau et laissez-le sècher. Renouvelez l'opération deux fois. Ainsi il ne bougera plus.
  • Dans l'exemple plus haut, nous avons présenté une photographie qui nécessitait deux expositions successives. Parfois, il vous faudra 3,4, etc. expositions successives pour obtenir un bon contraste...
Quels pigments utiliser?
  • Il faut obligatoirement utiliser des pigments solubles à l'eau et très bien broyés. Nous conseillons, pour débuter, l'oxyde de fer noir, ou la poudre de cacao! (tons sépias) Si vous voulez utiliser un pigment qui est insoluble, faites-le "cuire" sous un feu vif. Ainsi le gras du pigment se consumera.
Comment enlever la couleur jaune?
  • Comme vous pourrez le remarquer, le bichromate de potassium a teint le fond de votre papier en jaune. Lorsque les expositions successives sont finies, il faut enlever ce reste de bichromate, car à la longue il endommagerait la photographie. Pour l'enlever, trempez votre feuille dans un bain d'eau et de bisulfite de sodium à 20% pendant 5 minutes. Mais avant d'effectuer cette opération, veillez à réexposer votre feuille sous une source d'UV, sans négatif, pour être sûr que la gomme soit bien insolubilisée. Il nous est déjà arrivé que toute l'image parte dans ce bain car la gomme n'était pas bien insolubilisée! (ce qui est gênant...)
Petit traité des insuccès...

Soyons franc, cela ne fonctionnera pas du premier coup...mais pour vous éviter de tout jeter au loin dès les premières tentatives, nous avons noté ici quelques erreurs fatales à ne pas commettre :
  • L'image n'apparait pas (le papier reste tout noir) : soit vous avez mis trop de temps, soit votre papier est mal encollé, soit vous avez mis trop de pigment (il a insolubilisé la gomme).
  • Tout part en un coup : soit votre gomme n'était plus fraiche, soit vous n'avez pas exposé assez longtemps.
  • Il y a des taches de pigment sur la feuille : le papier n'est pas assez encollé, ou le pigment n'a pas bien été broyé.
  • Lors du sèchage, il y a du pigment qui a coulé : vous n'avez pas laissé assez de temps lors du dépouillement.
  • Nous attendons vos expériences malheureuses pour complèter cette liste!
 

ACCUEIL
MANUEL & KIT
PROCEDES
CATALOGUE
RESSOURCES
GALERIE
CONTACT
DESIGN
THIERRY DONNAY

1997-2001©